•  

    Réouverture du Château - infos pratiques 

    Les membres de la Société des Amis de Versailles bénéficient de l'accès coupe-file à l'entrée A, sans besoin d'une réservation horaire, y compris pour les expositions. La présentation d’un pass sanitaire est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans.

     

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi (9h30-13h et 14h-17h30) et toute l'équipe est à votre disposition  
    Téléphone : 01 30 83 75 48 ou par mail

     

  •    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
     Vous avez entre 18 et 30 ans : découvrez "les Jeunes Ambassadeurs"

     

  •  

    Découvrez les nouvelles "Chroniques des Amis de Versailles"
    *le magazine des amoureux du Château*
     

     

     

     

  • PASS SANITAIRE : En application des consignes gouvernementales, la présentation d’un pass sanitaire (attestation de vaccination, test PCR ou test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72h ou certificat de rétablissement) est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans. Prenez connaissance de toutes les mesures sanitaires mises en place
    Pour les membres de la Société des Amis de Versailles, l’accès prioritaire en coupe-file est maintenu à l’entrée A, sans réservation horaire.

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération



Flambeaux époque Louis XVI (paire)



Epoque Louis XVI (V 6315.1 et V 6315.2)
H. 24 - L. 7 cm
Cuivre argenté.

Emplacement :  Pièce des Bains de Marie-Antoinette.

Acquis en 2009 . Don de Monsieur Jérôme Plouseau avec la Société des Amis de Versailles.

Deux flambeaux de ce modèle sont décrits en 1794 chez Marie-Antoinette à Saint-Cloud lors du récolement précédant les ventes révolutionnaires : "n° 2031.- une paire de petits flambeaux à tiges cannelées sur des pieds dorés et ornés aux quatre coins de perles, depuis le chapiteau jusqu'au socle, de cuivre argenté". On les trouvait à vendre chez le marchand-mercier Ch.A. Grandcher, dans sa boutique du "Petit Dunkerque" au prix de 144 livres si l'on en croit la facturation d'une paire semblable à la comtesse d'Artois en 1782.

Une prisée du stock de Grandcher en 1784 mentionne "une paire de flambeaux à colonnes à quatre rangs de perles d'argent, or mat, estimée 84 livres". La date d'achat d'une paire identique pour la reine n'est pas connue. Celle-ci, offerte par M. Jérôme Plouseau avec la Société des Amis de Versailles n'a pour ambition que d'évoquer précisément un exemple du goût de Marie-Antoinette et celui d'un marchand-mercier qui se vantait dans ses nombreuses publications de fournir à Marie-Antoinette la primeur de ses créations.

Notice de Christian Baulez