•  

    Réouverture du Château - infos pratiques 

    Les membres de la Société des Amis de Versailles bénéficient de l'accès coupe-file à l'entrée A, sans besoin d'une réservation horaire, y compris pour les expositions. La présentation d’un pass sanitaire est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans.

     

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi (9h30-13h et 14h-17h30) et toute l'équipe est à votre disposition  
    Téléphone : 01 30 83 75 48 ou par mail

     

  •    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
     Vous avez entre 18 et 30 ans : découvrez "les Jeunes Ambassadeurs"

     

  •  

    Découvrez les nouvelles "Chroniques des Amis de Versailles"
    *le magazine des amoureux du Château*
     

     

     

     

  • PASS SANITAIRE : En application des consignes gouvernementales, la présentation d’un pass sanitaire (attestation de vaccination, test PCR ou test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72h ou certificat de rétablissement) est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans. Prenez connaissance de toutes les mesures sanitaires mises en place
    Pour les membres de la Société des Amis de Versailles, l’accès prioritaire en coupe-file est maintenu à l’entrée A, sans réservation horaire.

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération



Assiette au chiffre DB du service de madame Du Barry



Assiette au chiffre DB du service de madame Du Barry

Manufacture royale de porcelaine de Sèvres, 1771, porcelaine tendre

Au début de l’année 2019, les collections du château de Versailles se sont enrichies d’une assiette au chiffre DB, qui provient du service livré en 1771 par la manufacture de Sèvres à madame Du Barry (1743-1793), pour le pavillon de musique de Louveciennes (fig. 1). Cette assiette porte les marques usuelles de la Manufacture royale, peintes en bleu : les deux L entrelacées, la lettre-date S pour 1771 et la marque du peintre de fleurs, Jean Baptiste Tandart (actif de 1754 à 1800) : trois points (fig. 2). Le château ne possédait pas encore de pièce de ce service, livré pour l’inauguration du pavillon de musique, élevé par Claude Nicolas Ledoux en 1771 à l’intention de la dernière favorite du Roi, dans le parc du château de Louveciennes. Le pavillon fut en effet inauguré par un souper qui eut lieu le 2 septembre 1771 dans le vestibule du pavillon qui faisait office de salle à manger. Le service au chiffre fut utilisé pour la première fois à cette occasion. La scène a été immortalisée par Jean Michel Moreau le jeune dans un superbe dessin à la plume, rehaussé d’aquarelle et de gouache, conservé aujourd’hui au musée du Louvre.

Ce don à Versailles de M. Guillaume de Piédoue, petit-fils de M. et Mme Victor Moritz, anciens propriétaires du pavillon de musique de Louveciennes, permet d’apporter quelques compléments d’information à la visite de l’appartement de la favorite, situé au 2e étage du château, notamment sur l’aménagement du pavillon de musique de Louveciennes. Madame Du Barry était un grand amateur des productions de porcelaine de la manufacture de Sèvres. Elle eut à Versailles puis à Louveciennes différentes pièces de service, des vases, des biscuits et des meubles à plaques de porcelaine d’une extrême importance. La présence de cet objet permettra désormais d’illustrer cet aspect très important de son goût plus général pour les arts décoratifs.

Le décor du service au chiffre, commandé en 1770, fut donné à Sèvres par l’un des frères Saint-Aubin, Augustin ou Charles Germain. Ce projet, qui proposait une variante dépourvue de vases à l’antique, est conservé à la bibliothèque de l’Institut. Le décor, finalement choisi par madame Du Barry, est composé de guirlandes de fleurs, suspendues à des anneaux, et de petites cassolettes antiques de deux modèles différents.  Le motif du vase “à l’antique” était un véritable poncif dans les arts décoratifs de ce temps. On le retrouve dans l’horlogerie, les boiseries, le mobilier, le bronze doré, la porcelaine, l’orfèvrerie, les boîtes en or... Il emprunte parfois la forme du célèbre vase Médicis, encore présent à Rome à la villa Médicis à cette date, ou du vase Borghèse. Ici, c’est la cassolette à l’antique qui a servi de modèle aux deux motifs décoratifs principaux, en dehors du chiffre et des guirlandes, du service réalisé par Sèvres pour madame Du Barry. Le service fut acquis par cette dernière en août 1771 pour la somme totale de 21 438 livres. Il comprenait au total 322 pièces, destinées aux premiers services et au service du dessert, dont 145 assiettes à potage et plates. Chaque assiette valait 42 livres.

Comme madame de Pompadour, madame Du Barry aima passionnément la porcelaine, notamment les productions de Chantilly, mais tout particulièrement les pièces de Sèvres. Pour ses acquisitions, elle faisait parfois appel aux marchands merciers Poirier et Dulac mais ne craignait pas aussi de s’adresser aussi directement à la manufacture de Sèvres où elle acquit jusqu’en 1792, comme l’indiquent les registres de vente, de nombreux vases d’ornement, des pièces d’usage et au moins cinq services de table différents. Parmi ceux-ci, figurait le service à petits vases antiques et au chiffre DB qui nous intéresse ici. Elle posséda aussi un service à fond bleu céleste et à décor d’oiseaux, un service à rubans bleu céleste, un service chinois et enfin un très petit service à fond œil de perdrix.

Notice de Marie-Laure de Rochebrune
Conservateur en chef au château de Versailles

La restauration de l'assiette du service dit à petits vases et guirlandes est le projet "Mécénat des Jeunes Amis du Château" de 2020. Vous pouvez découvrir ci-dessous le livret de la Collection des Jeunes Amis du Château réalisé sur le projet !