Mécénat

Participer à une opération



Le Sanguin



Parmi les plus célèbres statues des jardins de Versailles, cette sculpture fait partie de la « Grande Commande » de vingt-quatre statues passée par Colbert à partir de 1674 pour orner le Parterre d’eau devant le Château.
Le Sanguin forme avec le Mélancolique, le Colérique et le Flegmatique, une série dédiée aux quatre tempéraments de l’homme, inspirée de l’Iconologie de Cesare Ripa. Le « sanguin », y est décrit comme un bon vivant sous les traits d’un jeune garçon d’humeur joviale, au visage replet et jouant d’un instrument, qu’accompagne un mouton broutant une grappe de raisin.

 

Conformément au modèle fourni par le peintre Charles Le Brun, Jouvenet a filé la métaphore de la vigne, donnant à la figure des allures dionysiaques. Le Sanguin apparaît sous les traits d’un jeune homme couronné de vignes et jouant de la flûte, instrument bachique. Au mouton, on a préféré le bouc, animal symbolisant la fécondité et également associé à Bacchus ou Dionysos. Enfin, un remarquable drapé parachève cette allégorie spirituelle, et ondoie avec une divine fluidité autour des reins du personnage, avant de retomber en cascades jusqu’à ses pieds.