•  

    Réouverture du Château - infos pratiques 

    Les membres de la Société des Amis de Versailles bénéficient de l'accès coupe-file à l'entrée A, sans besoin d'une réservation horaire, y compris pour les expositions. La présentation d’un pass sanitaire est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans.

     

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi (9h30-13h et 14h-17h30) et toute l'équipe est à votre disposition  
    Téléphone : 01 30 83 75 48 ou par mail

     

  •    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
     Vous avez entre 18 et 30 ans : découvrez "les Jeunes Ambassadeurs"

     

  •  

    Découvrez les nouvelles "Chroniques des Amis de Versailles"
    *le magazine des amoureux du Château*
     

     

     

     

  • PASS SANITAIRE : En application des consignes gouvernementales, la présentation d’un pass sanitaire (attestation de vaccination, test PCR ou test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72h ou certificat de rétablissement) est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans. Prenez connaissance de toutes les mesures sanitaires mises en place
    Pour les membres de la Société des Amis de Versailles, l’accès prioritaire en coupe-file est maintenu à l’entrée A, sans réservation horaire.

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération



Chenets livrés par Pitoin en 1778 pour Madame Elisabeth (paire)



Paire de chenets en bronze ciselé et doré d'époque Louis XVI, à décor de vases enflammés à cannelures. Torses soutenus par trois têtes de satyre monopodes sur un socle à décor de guirlandes de pampres de vigne, de rosaces et d'un couple de colombes sur une nuée.

Hauteur : 47 cm, largeur : 47 cm

N° d'inventaire : V.2017.8.1

 

Cette paire de chenets en bronze ciselé et doré a été préemptée par l’Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles lors de la vente « L’élégance intemporelle, Paris rive-gauche » chez Sotheby’s, le 14 septembre 2017.

Elle a fait successivement partie de deux ameublements prestigieux de Madame Elisabeth au château de Versailles puis au château de Fontainebleau avant d’intégrer les collections de la famille Greffulhe. Elisabeth Philippine Marie Hélène de France, appelée Madame Elisabeth et sœur du roi Louis XVI, est née en 1764. Petite-fille de Louis XV et sœur du roi Louis XVI, sa Maison est créée en 1778 alors qu’elle est âgée de quatorze ans.

Plusieurs réaménagements de ses appartements et résidences vont alors être orchestrés dont celui de Montreuil en 1787, domaine qu’elle reçoit de son frère en 1783 suite à son achat à la famille de Guéméné, mais également aux châteaux de Versailles et de Fontainebleau. Madame Elisabeth ne put profiter que très peu de temps de ces livraisons. Envoyée à Paris en 1789, emprisonnée au Temple à partir d’août 1792, elle est exécutée après son frère et sa belle-sœur le 10 mai 1794.

Quentin-Claude Pitoin (1725-1777) fond, cisèle et dore plusieurs bronzes d’ameublement exceptionnels. Doreur du Roi à la suite de son beau-père, ses premières œuvres néoclassiques sont probablement la paire de chenets pour le Grand Cabinet de la dauphine Marie-Antoinette à Versailles en 1771 et la paire de chenets dite « au cerf et au sanglier » livrée pour le salon de Madame Du Barry à Fontainebleau en 1772. Il faut également compter en 1775 le feu livré pour la chambre de Madame Adélaïde à Fontainebleau ou encore la même année celui pour la chambre de Louis XVI à Versailles toujours conservé in situ.

Quentin-Claude décède le 3 juin 1777. C’est son fils Claude-Jean qui prend alors la tête de l’atelier familial et succède à son père en tant que ciseleur du Garde-Meuble. C’est à lui que notre paire peut être attribuée. En 1779, il réalise la célèbre paire de chenets « à la lyre » pour le Cabinet Intérieur dit « Cabinet Doré » de Marie-Antoinette à Versailles. Les Pitoin père et fils démontrent que la réputation acquise au cours de la seconde moitié du XVIIIème siècle se justifie par l’extrême qualité de leur ciselure ainsi que par l’application de différents tons d’or afin de jouer sur la lumière et créer des effets de relief.

 

La Société des Amis de Versailles a pu financer cette acquisition grâce au legs de Madame Simone BARAILLE.