•    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
    A partir du 1er juin, toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2020

  •    

    La Société des Amis de Versailles offre au château un portrait d'Alexandrine Le Normand d'Etiolles, fille de la Marquise de Pompadour, peint par Boucher
    en savoir plus

     

  • Le programme printemps 2019 est en cours. Il peut être feuilleté en ligne ainsi que les programmes précédents

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi : 9h30-13h00 et 14h00-17h30 
    Pour nous contacter : Tel: 01 30 83 75 48 ou  par mail

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération



Minerve, déesse de la Guerre et des Arts



Restauration et copie du Terme de Minerve

Nicolas Poussin et Domenico Guidi
Terme, marbre
Inv. M.R. 1967 (Hoog 97)

La série des termes qui orne aujourd’hui les bosquets de la Girandole et du Dauphin a été réalisée en majeure partie pour Vaux-le-Vicomte. Depuis Rome, le peintre Nicolas Poussin en a conçu les modèles qui ont été sculptés dans le marbre par plusieurs sculpteurs restés anonymes. Ce n’est qu’en 1683, plus de vingt ans après la chute du surintendant Fouquet, qu’ils furent achetés par Louis XIV et transférés à Versailles.

Le terme de Minerve qui donne une image particulièrement fière et majestueuse de la déesse de la Guerre et des Arts, a été réalisé par l’un des plus habiles sculpteurs romains du XVIIe siècle, élève du Bernin. Cet artiste est aussi l’auteur du groupe de La Renommée du Roi, placé au bassin de Neptune - l’une des plus célèbres sculptures des jardins de Versailles.

Les fissures plus ou moins profondes qui affectent l’oeuvre doivent être comblées. Du point de vue de la surface, le processus de désagrégation du marbre lié à l’érosion rend nécessaire la mise à l’abri de l’oeuvre à l’intérieur du Château et son remplacement par une excellente copie, obtenue par moulage et composée de poudre de marbre.

Budgets estimatifs :

8 000 € pour la restauration d’un terme
50 000 € pour la copie d’une statue devant être mise à l’abri