•    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
     Toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2019
    Pour toute demande reçue avant le 20/12/18, les cartes seront postées au plus tard le 21/12.
    Pour toute demande reçue à partir du 21/12, les cartes ne seront postées qu'à partir du 02/01/19.

  •    

    Le rapport d'activité 2017 est feuilletable en ligne ! 
    Découvrez nos actions et nos projets

     

  • Le programme Hiver 2019 sera envoyé mi-décembre, les programmes précédents sont feuilletables en ligne  ici.  

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi : 9h30-13h00 et 14h00-17h30 
    Ils seront fermés du 22/12/18 au 01/01/19 inclus
    Pour nous contacter : Tel: 01 30 83 75 48 ou  par mail

  •  

    La commode de Madame Adélaïde acquise par la Société des Amis de Versailles a retrouvé sa place au Château ! A cette occasion, les Jeunes Amis racontent son histoire ici.

     

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération



Vases "étrusques" de Madame Adélaide (deux)



Charles-Éloi ASSELIN (actif 1765-1804), peintre, et DECAMBOS (actif 1776-1788), doreur

Manufacture royale de Sèvres 1786 

Porcelaine, pâte dure

1) H 0,415 x L. 0,200 x Pr. 0,150 m

2) H 0,410 x L. 0,205 x Pr. 0,150 m

LL couronnées. Lettres-date JJ (pour 1786) A (pour Asselin) et D (pour Decambos), le tout or ; 2214 à l'encre brune V 5892 1-2

Provenance : Madame Adélaïde, fille de Louis XV.
Emplacement : Appartement de Madame Adélaïde, Grand cabinet

Acquis en 2000. Participation de la Société des Amis de Versailles.

  

Le 16 avril 1787, Madame Adélaïde acheta pour 1 200 livres « 2 vases-serpents, figures en or » ayant fait partie de l'enfournement du 5 mars 1787. Le peintre Charles-Éloi Asselin avait reçu un paiement de 96 livres pour ces vases le 28 octobre 1786 et Philippe l'Aîné avait peint les écailles des serpents.

La forme de ces vases reprend celle des vases dits « étrusques à bandeau », forme créée vers 1780. Ils sont composés d'un pied rond, d'un culot ovoïde, d'un bandeau en léger relief et d'un col cintré. Ils sont ornés d'anses formées de serpents entrelacés et dorées imitant le métal.

C'est vers 1786 que le sculpteur Josse-François-Joseph Le Riche, élève de Falconet et chef de l'atelier de sculpture de la Manufacture de Sèvres, modela des anses à deux serpents entrelacés enrichissant les vases étrusques à bandeau, d'où l'appellation de vase « Le Riche serpents à bandeau ». Le Riche s'était inspiré d'une idée de Jean-Jacques Bachelier. La qualification de vases « étrusques » se justifie par le décor pastoral du bandeau à figures étrusques exécuté par Asselin.

Les quatre scènes montrent des bergers au milieu de leurs troupeaux et des femmes dans des travaux pastoraux. Asselin mit en œuvre une technique monochrome spécifique, qu'il utilisera dès 1782. Ici, sur ces vases à frises étrusques dorées ou bronzées, la scène se déroule sur fond blanc, les figures en or mat, le dessin et les détails requis en brun. Mesdames s'enthousiasmèrent pour le goût étrusque et possédèrent un certain nombre de vases dans cette technique, tant à Bellevue qu'à Versailles.

L'inventaire de Bellevue dressé en mars 1786 signale chez Madame Adélaïde dix vases à bas-reliefs étrusques. Ces deux vases-serpents sont décrits dans le procès-verbal de l'an II dans le grand cabinet de Madame Adélaïde. Celle-ci les avait certainement achetés pour son appartement de Versailles.

Notice de Pierre-Xavier Hans.

 

BIBLIOGRAPHIE Ch. Baulez, « Acquisitions », Revue du Louvre , 4-2000, n° 27, p. 98. Ch. Baulez, « Deux vases ?étrusques ? de Madame Adélaïde », Versalia , 2001, n° 4, p. 12-15