•    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion 
    Le renouvellement des adhésions pour 2019 est possible depuis le 1er novembre

    Toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2019 

  •    

    Le rapport d'activité 2017 est feuilletable en ligne ! 
    Découvrez nos actions et nos projets

     

  • Le programme Hiver 2019 sera envoyé mi-décembre, les programmes précédents sont feuilletables en ligne  ici.  

     

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi : 9h30-13h00 et 14h00-17h30 
    Pour nous contacter : Tel: 01 30 83 75 48 ou  par mail

  •  

    La commode de Madame Adélaïde acquise par la Société des Amis de Versailles a retrouvé sa place au Château ! A cette occasion, les Jeunes Amis racontent son histoire ici.

     

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     

  •  

     

    contact@amisdeversailles.com 

    01 30 83 75 48

     




Mécénat

Participer à une opération



Estampes représentant les deux cabinets de Louis XIV (deux)



Paris, vers 1683

Eau forte reprise au burin, encre noire, lavis d'encre brune, rehauts d'aquarelle

Papier pur chiffon estampe du cabinet « au singe »

Feuille : H. 68 ; L. 50,5 ; au trait carré : H. 62,5 ; L. 41, estampe du cabinet « à l'épagneul »

Feuille :H. 64,5; L. 50 ; au trait carré : H. 58,5 ; L. 45

MV 9164 - V 6290 (cabinet « au singe »)

MV 9165 - V 6291 (cabinet « à l'épagneul »)

Acquises en 2009 . Participation de M. et Mme Alain Sourisseau par l'intermédiaire de la Société des Amis de Versailles.

 

Ces deux estampes apportent des informations précieuses pour la connaissance de ces cabinets. Les annotations portées à l'encre en marge des compositions laissent penser qu'elles devaient être coloriées afin de rendre compte de toute la magnificence des meubles dans leur riche polychromie (les quelques maladroits rehauts à l'aquarelle de la gravure du cabinet « à l'épagneul » semblent être très postérieurs et ne pas relever de ce travail de savante mise en couleur).

Ces feuilles donnent une image de l'état d'origine des cabinets, avant les interventions réalisées en Angleterre dans les années 1820 lors de leur acquisition par le duc de Northumberland, en particulier l'ajout d'une base en palissandre qui en modifie profondément l'aspect. Elles révèlent également que les trophées d'armes placés au sommet de la corniche cintrée ont été intervertis, probablement lors de cette restauration.

Par ailleurs, elles permettent de connaître certains éléments aujourd'hui abîmés, comme la coupe disparue du panneau cintré du cabinet « au singe ». L'absence de « lettre » au bas des planches rend l'identification de leur auteur incertaine. S'agit-il de l'ornemaniste Jean Le Pautre (1618-1682), qui décède quelques mois avant l'achèvement des cabinets, ou de son fils Pierre (vers 1652-1716) ? L'étude en cours permettra peut-être d'apporter une réponse à cette interrogation.