•    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
    A partir du 1er juin, toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2020
    Vous avez entre 18 et 30 ans : découvrez "les Ambassadeurs"

  • Le programme automne 2019 sera dispnible avant fin août. Les programmes précédents peuvent être feuilletés en ligne

  •    

    La Société des Amis de Versailles offre au château un portrait d'Alexandrine Le Normand d'Etiolles, fille de la Marquise de Pompadour, peint par Boucher
    en savoir plus

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi : 9h30-13h00 et 14h00-17h30 
    Ils seront fermés du 12 au 16 août 2019
    Pour nous contacter : Tel: 01 30 83 75 48 ou  par mail

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération

Librairie




Fêtes et folies en France à la fin de l'Ancien régime

Par Didier Masseau



Les dernières années de l’Ancien Régime en France voient la multiplication des fêtes, publiques ou privées. Les fêtes royales et princières d’abord, se perpétuent dans le faste et le spectaculaire, moyen pour la monarchie d’affirmer un pouvoir en
butte à des critiques multiples.
Quant aux fêtes privées données chez les nobles et les financiers, elles sont de plus en plus extravagantes. Elles se déroulent souvent dans les folies, ces résidences élégantes et luxueuses répondant aux caprices de leurs propriétaires. Fuyant le sérieux philosophique pourtant en vogue, des sociétés affectionnent des scènes de travestissement et pratiquent à l’envi l’art du canular, de la supercherie et de la mystification. On assiste à des
jeux parfois dangereux pouvant même basculer dans la transgression. Une telle frénésie devient le moyen de fuir une réalité qu’on ne peut ou qu’on ne veut percevoir, et dissimule aussi une inquiétude sourde. La hantise du chaos affecte certains esprits, alors même que l’idée de progrès est devenue un lieu commun du discours philosophique.
En faisant revivre, à travers ces fêtes mémorables les derniers feux de l’Ancien Régime, Didier Masseau montre toute l’ambivalence de la société française à la veille de la Révolution.

Paru le 4 janvier 2018, CNRS Editions.