•  

    Réouverture du Château - infos pratiques 

    Les membres de la Société des Amis de Versailles bénéficient de l'accès coupe-file à l'entrée A, sans besoin d'une réservation horaire, y compris pour les expositions. La présentation d’un pass sanitaire est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans.

     

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi (9h30-13h et 14h-17h30) et toute l'équipe est à votre disposition  
    Téléphone : 01 30 83 75 48 ou par mail

     

  •    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
     Vous avez entre 18 et 30 ans : découvrez "les Jeunes Ambassadeurs"

     

  •  

    Découvrez les nouvelles "Chroniques des Amis de Versailles"
    *le magazine des amoureux du Château*
     

     

     

     

  • PASS SANITAIRE : En application des consignes gouvernementales, la présentation d’un pass sanitaire (attestation de vaccination, test PCR ou test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72h ou certificat de rétablissement) est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans. Prenez connaissance de toutes les mesures sanitaires mises en place
    Pour les membres de la Société des Amis de Versailles, l’accès prioritaire en coupe-file est maintenu à l’entrée A, sans réservation horaire.

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération

Librairie




Jean-bernard Restou : peintre du Roi et révolutionnaire

Par Nicole Willk-Brocard



Fils de Jean II Restout, grand peintre religieux du XVIIIe siècle, apparenté à Noël Hallé et à Jean Jouvenet, Jean-Bernard Restout reçoit une solide formation artistique et littéraire.
Pensionnaire à l’Académie de France à Rome, il exprime d’emblée
un talent novateur, sobre et vigoureux.
Agréé à l’Académie royale comme peintre d’histoire en 1765, il
connaît ses premiers succès. Il s’insurge contre le refus du jury d’exposer une de ses oeuvres au Salon de 1769 ; son ressentiment envers l’Académie et les institutions ne fera que croître. Il peint peu, tarde à honorer ses commandes, mais ses oeuvres de la maturité confirment les exceptionnelles qualités de l’artiste, également subtil et intelligent portraitiste.
La Révolution à laquelle il adhère avec enthousiasme lui permet, aux côtés de David, d’assouvir sa vengeance contre l’Académie. Il côtoie Robespierre et Fabre d’Églantine mais signe ainsi sa perte : nommé inspecteur général du Garde-Meuble, il est injustement impliqué dans le vol des bijoux de la Couronne et incarcéré avant d’être libéré après le 9 Thermidor. La redécouverte de son oeuvre – largement inédit – fait regretter son choix de la politique au détriment de la peinture.


Paru le 23 janvier 2018, editions Arthena.