•  

    Réouverture du Château - infos pratiques 

    Les membres de la Société des Amis de Versailles bénéficient de l'accès coupe-file à l'entrée A, sans besoin d'une réservation horaire, y compris pour les expositions. La présentation d’un pass sanitaire est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans.

     

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi (9h30-13h et 14h-17h30) et toute l'équipe est à votre disposition  
    Téléphone : 01 30 83 75 48 ou par mail

     

  •    

    Renouvelez, Adhérez, ou offrez une adhésion
     Vous avez entre 18 et 30 ans : découvrez "les Jeunes Ambassadeurs"

     

  •  

    Découvrez les nouvelles "Chroniques des Amis de Versailles"
    *le magazine des amoureux du Château*
     

     

     

     

  • PASS SANITAIRE : En application des consignes gouvernementales, la présentation d’un pass sanitaire (attestation de vaccination, test PCR ou test RT-PCR ou antigénique négatif de moins de 72h ou certificat de rétablissement) est obligatoire pour accéder aux châteaux et musées du domaine national de Versailles pour toutes les personnes à partir de 12 ans. Prenez connaissance de toutes les mesures sanitaires mises en place
    Pour les membres de la Société des Amis de Versailles, l’accès prioritaire en coupe-file est maintenu à l’entrée A, sans réservation horaire.

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     




Mécénat

Participer à une opération

Librairie




Perronneau : un portraitiste dans l'Europe des Lumières



Le portrait, particulièrement le portrait au pastel, connaît une vogue considérable dans une Europe du XVIIIe siècle où l’on ne dénombre pas moins de deux mille portraitistes. Succédant à Hyacinthe Rigaud (1659-1743) et à Nicolas de Largillierre (1656-1746), puis à Jean-Marc Nattier (1685-1766), deux grandes figures dominent la scène française au milieu de ce siècle : Maurice Quentin Delatour et Jean-Baptiste Perronneau, son cadet d’une dizaine d’années. Ses portraits vont être le plus souvent figurés en buste, peints au pastel ou à l’huile. L’enjeu alors est de concilier la ressemblance avec la science picturale propre à la grande peinture, tout en donnant une impression de facilité, voire une forme de désinvolture (la sprezzatura), qui doit dissimuler le travail de l’artiste. S’attachant à une lecture attentive des textes de l’époque sur le portrait et restituant les enjeux esthétiques du moment, riche de plus de quatre cents illustrations d’oeuvres souvent inédites, l’ouvrage de Dominique d’Arnoult comble une importante lacune et permet de prendre toute la mesure de l’un des plus grands portraitistes français.

Editions Arthena, paru en 2014