•  

     Venez encourager les Amis du château le 24 septembre !
    en savoir plus

     

  •  

    Adhérez, offrez une adhésion  en ligne ou Téléchargez un bulletin d'adhésion 
    Toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2018

     

  •  

    Le Programme Automne 2017 peut être  feuilleté ici. Il a été posté le 16 août et les inscriptions sont ouvertes

     

  •  

     PARTENARIATS 

     

     

     

    • THEATRE et concerts
    • Conférences en dehors du programme des Amis

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de 9h30 à 17h30
    Pour toute difficulté sur ce site ou pour une requête urgente, n'hésitez pas à nous écrire

     

  •  

     

    contact@amisdeversailles.com 

    01 30 83 75 48

     




Mécénat

Participer à une opération



Feux de François Rémond (paire)



François RÉMOND (1745 ou 1747 - 1812, maître en 1774), bronzier

Modèle fourni en 1785 au garde-meuble privé de la reine

Bronze ciselé, doré et patiné

H. 0,450 x L. 0,470 x Pr. 0,125 m

V 5864 1-2

Acquis en 1998. Don de la Société des Amis de Versailles.

 

Ce feu représente deux enfants satyres flanquant une cassolette enflammée et tenant des guirlandes de fruits. Le modèle correspond à l'exemplaire fourni et facturé 1 440 livres par le bronzier François Rémond à Pierre Bonnefoy-Duplan pour le garde-meuble privé de Marie-Antoinette le 25 juillet 1785. Le journal de vente de Rémond ne livre pas de nom d'artisan ou d'artiste. On pense que le bronzier Feuchère a pu être mis à contribution.

Ce type de feu à composition pyramidale, cassolette centrale et deux figures adossées, découle du modèle du feu à chimères assises exécuté par P. Gouthière, probablement créé pour le salon rond du pavillon de Bagatelle pour le comte d'Artois en 1777. L'architecte Bélanger, associé à son beau-frère Dugourc, en avait donné les dessins. On hésite sur la destination de ces feux en 1785 car le garde-meuble de la reine meublait les différentes résidences de Marie-Antoinette.

Compte tenu de la date, l'hypothèse a été émise d'un achat pour la maison de la reine au hameau de Trianon. Cette maison aux intérieurs spacieux et raffinés avait pour vocation d'accueillir la reine et ses hôtes. Bonnefoy-Duplan s'adressa à Georges Jacob pour les sièges et à Riesener pour les meubles d'ébénisterie. Ces feux permettent de bien cerner l'évolution du goût à la fin de l'Ancien Régime vers une simplification de la forme et un retour à l'antique. P.-X. H.

 

BIBLIOGRAPHIE

Ch. Baulez, « Acquisitions », Revue du Louvre , 1-1999, n° 21, p. 88.