•  

    Adhérez, offrez une adhésion  en ligne ou Téléchargez un bulletin d'adhésion 
    Toute nouvelle adhésion sera valable jusqu'au 31/12/2018

     

  • Consultez le Grand Livre du Mécénat et situez dans le château les restaurations et acquisitions des Amis ! ici

     

  •  

    RUBRIQUE "FAQ" pour répondre à toutes vos questions! ICI
    (une journée idéale au Château en toute saison, fonctionnement du coupe-file, plans, ....)

     

  •   

    Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de 9h30 à 17h30 - ils seront fermés du 12 au 20 août
    Pour toute difficulté sur ce site ou pour une requête urgente, n'hésitez pas à nous écrire

     

  •  

    Le Programme Printemps 2017 peut être  feuilleté ici  . Le Programme Automne sera envoyé en août 

     

  •  

     

    contact@amisdeversailles.com 

    01 30 83 75 48

     




Mécénat

Participer à une opération



Sucrier de Monsieur le Premier du service riche en couleurs et riche en or de la comtesse d'Artois, 1789



Manufacture royale de Sèvres

H. 11,5 cm ; L. 24 cm : P. 15,5 cm

Marques : LL entrelacés, lettre date mm pour 1789 ; marque des peintre et doreur : une fleur-de-lys pour Vincent Taillandier (1736-1790), quatre points alignés pour Pierre-Théodore Buteux (actif 1765-1784)

Porcelaine, pâte tendre

Achat par préemption, vente à Paris, étude Pescheteau-Badin, 10 juin 2010, lot n° 116. don de la Société des Amis de Versailles. V 6312 Acquis en 2010. Don de la société Guerlain par l'intermédiaire de la Société des Amis de Versailles.

 

 

Cinq ans après sa belle-soeur la reine Marie-Antoinette, Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d'Artois, recevait de la manufacture de Sèvres un service riche en couleurs et riche en or. La livraison des 282 pièces avait eu lieu à Versailles le 27 juin 1789. Destiné à une table de vingt quatre convives, ce service comportait le nombre très élevé de 96 assiettes plates (mais pas d'assiette à potage), au prix de 33 livres l'unité. Parmi les pièces centrales figuraient cinq sucriers, du modèle dit de Monsieur le Premier, au prix de 126 livres chaque (la même forme se retrouvait dans le service de la Reine, mais au prix de 144 livres l'unité). Le nombre élevé de sucriers de ce service, comme l'importance des pièces destinées à la présentation des mets sucrés suggère qu'il était destiné principalement aux desserts, contrairement à celui de la Reine où figuraient pots à oille et terrines accompagnés de leurs plateaux. La différence de prix d'un service à l'autre était vraisemblablement due à une moindre utilisation de l'or sur le second. Ce sucrier vient rejoindre les pièces de ce service déjà acquises par Versailles, une salière double, deux seaux à verre et une assiette (Ch. Baulez, «Acquisitions», Revue du Louvre, 3-1992, p. 71, n° 11 et 2-1993, p. 79, n° 25)